I-1 – Le matérialisme abdéritain

Leucippe et la joie authentique

Leucippus, philosopbe grec, natif d’Abdère ou de Milet, voire d’Elée pour certains. Fondateur de l’école atomiste (vers 460 avant J. C.), il a sans doute enseigné à Démocrite. Il posa en principe la réalité du mouvement (changement) et la variété multiple de la matière. Pour lui, l’univers est fait de vide et d’atomes. Invente-t-il la notion de cette particule élémentaire ? On pourrait tout autant l’attribuer à un certain Mochos, phénicien auquel fait allusion Sextus Empiricus.

Pour Jean-Paul Dumont, rien ne confirme l’existence de ce philosophe et il pourrait tout aussi bien être une femme qu’un homme.

Démocrite énoncera sa doctrine, si bien qu’on ne distingue plus l’oeuvre du maître de celui de l’élève. Selon Onfray, « dans le monde de Leucippe, il n’existe que des atomes, du vide et des mouvements effectués par les premiers dans le second. Cette seule formule contient tout le radicalisme d’une pensée qui, soit congédie les dieux, dépourvus de potentialités spirituelles, soit transforme les dieux, les âmes et les autres mondes en réalités tangibles, concrètes et rien de moins qu’immanentes ».

Michel Onfray en fait le père de l’hédonisme, même si cette option ne sera clairement développée que bien plus tard par Epicure.

« Rien ne se produit vainement, mais tout se produit à partir d’une raison et en vertu d’une nécessité. »

N.B. : Les philosophes dits présocratiques sont très souvent contemporains de Socrate, voire plus jeunes que lui !

Démocrite et le plaisir pris à soi-même :

Démocrite (460-356 av. JC) – Philosophe grec, né à Abdère. Il est contemporain de Socrate, son aîné de dix ans ; il n’a rien de présocratique, donc.

Il développa la théorie atomiste de l’univers qu’on attribue à son maître Leucippe. Chez Démocrite, pas de monde céleste à la Platon dont il congédie gentiment les dieux, célébrant le réel concret et immanent et invitant à une existence jubilatoire.

Il est considéré comme un philosophe matérialiste en raison de sa conviction en un univers constitué d’atomes et de vide (théorie atomiste).

Démocrite riait sans cesse des folies humaines ; Michel Onfray l’oppose à Héraclite qui, dit-on, pleurait toujours.

« Tout ce qui existe dans l’univers est le fruit du hasard et de la nécessité. »

« La liaison fortuite des atomes est l’origine de tout ce qui est. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :